Tout savoir sur les glucides

Hélène
|
23/02/2022
Les différentes sources de glucides

Encore aujourd’hui les glucides suscitent de nombreux débats chez les amoureux de chiens et de chats. Pourquoi en trouve-t-on dans la nourriture de nos animaux de compagnie ? Quel rôle ont-ils dans leur alimentation ? S’agit-il de mauvais sucres présents dans les croquettes ? On vous explique tout ! 


Mais tout d’abord, c’est quoi un glucide ?


Les glucides appelés aussi “hydrates de carbone” ou encore plus communément “sucres” font partis des 6 nutriments essentiels à la vie avec les protéines, les lipides, les vitamines et l’eau. Ils sont l’une des principales sources d’énergie des chiens et chats. 


Les différentes sortes de glucides


Le glucide est une molécule constituée de carbone, d’hydrogène et d’oxygène. Ces trois éléments peuvent se combiner de manière simple ou complexe et donnent ainsi des sucres différents avec des utilités et des caractéristiques différentes. Rentrons dans le détail.


Suivant la longueur et la complexité de leur molécule, on les sépare en deux catégories : les glucides simples et les glucides complexes.


Les glucides simples (sucres rapides) sont les sucres contenus dans les ingrédients. Ils apportent rapidement de l’énergie à l’organisme et une saveur sucrée. Les chiens tout comme les chats les digèrent très bien, à condition qu’ils soient en petite quantité. Parmi eux, nous retrouvons :

 

  • Les monosaccharides qui sont constitués d’une seule molécule de glucides. Grâce à leur structure chimique très simple, ils n’ont pas besoin d’être digérés pour être utilisables. Ils peuvent traverser instantanément les muqueuses intestinales pour se rendre dans le sang. On les retrouve dans certains fruits et légumes sous la forme de fructose et glucose mais aussi dans le lait et les produits laitiers sous la forme de galactose.

 

  • Les disaccharides qui sont formés de deux monosaccharides mais ils restent, chimiquement parlant, très simples. Ils ne nécessitent que de petites transformations digestives et pénètrent ainsi un peu plus lentement dans le sang. On les trouve également dans les produits laitiers - sous la forme de lactose - et dans les fruits et les légumes - sous la forme de saccharose - mais aussi dans l’orge et le miel sous la forme de maltose.

 

Les glucides complexes (sucres lents) sont des polysaccharides. Ils sont constitués de très nombreuses molécules de glucose liées ensemble. Ils ont besoin d’un processus digestif plus long afin d’être bien métabolisés par l’organisme. Parmi eux, nous comptons :

 

  • L’amidon, issu principalement de tubercules tels que la pomme de terre, de légumineuses telles les lentilles ou de céréales tels que le blé, le riz etc. L’amidon, doit d’abord être découpé en petits segments puis en molécules de glucose avant de pouvoir pénétrer dans le sang. Cette division est faite au cours de la digestion. S’il est bien cuit, l’amidon est parfaitement digeste pour nos animaux. Néanmoins, donné en trop grande quantité, l’amidon apporte plus d’énergie que nécessaire à des chiens ou chats peu actifs. Lorsque l’on choisit la nourriture de son animal, il est donc important de faire attention au taux d’amidon.

 

  • Les fibres solubles : ces fibres ont un rôle de prébiotique, elles nourrissent la flore intestinale (les bonnes bactéries se trouvant dans le tube digestif). Elles aident également à la formation des selles et créent une sensation de satiété. On les retrouve dans les lentilles, les carottes, le quinoa etc.

 

  • Les fibres non solubles résistent aux processus de digestion, elles n’apportent aucune énergie à l’organisme mais elles sont essentielles à la formation des selles. Elles aident à la digestion, “balayent” l’estomac et créent un rapide effet de satiété. On les retrouve surtout dans des fruits ou des légumes tels que la banane, les haricots verts, les pois verts etc.

 

Les glucides et ses sous-catégories

L’évolution du chien et du chat auprès de l’homme

 

Depuis plusieurs milliers d’années, le chien et le chat ont évolué auprès de l’homme. Cette co-évolution a influé sur l’alimentation de nos boules de poils.

Le chien (Canis lupus familiaris) et le loup (Canis lupus) sont deux espèces distinctes depuis la domestication du chien, il y a des milliers d’années. Cette évolution du chien auprès de l’homme l’a génétiquement fait évoluer. Cette évolution génétique fut primordiale dans la construction du chien tel qu’on le connaît aujourd’hui : elle a permis aux enzymes sécrétées par les glandes salivaires et le pancréas de transformer l’amidon en glucose, un sucre simple servant ensuite de carburant aux cellules de l’organisme. En plus des sucres rapides, il est donc devenu capable d’exploiter aussi l’énergie des sucres lents.

Le chat quant à lui, s’est aussi rapproché des hommes il y a environ 10 000 ans. En chassant les souris et autres rongeurs il a permis aux hommes de conserver leurs provisions ainsi que leurs nouvelles récoltes. C’est ainsi que sur plusieurs générations le chat est devenu un animal domestique.

Contrairement au chien, qui occupait de nombreuses fonctions auprès de l’homme (chasseur, gardien, chien de traîneau etc.), le chat n’a eu qu’une seule fonction (et pour son plus grand plaisir !) : chasser les rongeurs. De ce fait, son régime alimentaire a peu évolué et est ainsi resté carnivore strict. Néanmoins, il possède lui aussi des enzymes digestives permettant de digérer l’amidon mais dans des quantités plus faibles.

 

Ainsi, après plusieurs siècles d’évolution, nos compagnons félins et canins ont développé des enzymes capables de digérer les glucides. Existant sous plusieurs formes, ils préservent la flore intestinale de nos animaux de compagnie, les rassasient et leur donnent suffisamment d’énergie pour vivre pleinement leur vie de chien et de chat.